Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

par Oda-Run'art

publié dans Running & Sports

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

À notre arrivée on découvre l'installation grandiose, certaines équipes se sont installées sous des tonnelles, des tentes, et même des

caravanes. On adopte la stratégie de se passer la clef de voiture à chaque fois qu'on se passe le relais pour aller se ravitailler quand il faut. Après tout on est qu'à deux, et on veut surtout pas que quelqu'un se sauve avec nos denrées alimentaires.


Un léger contretemps, une panne d'électricité, nous laisse le temps de nous échauffer et de faire un rapide tour du parcours qui nous attend apparemment 1 km 700 et 35 m de D+
Ça paraît pas grand-chose mais en 6h de temps ça va grimper. 


Ludo partir en 1er on commencera par trois tours chacun et on avisera. 
Le départ est donc donné à 10h27 apparemment un speaker sera là pour commenter pendant 6h. 

 

 

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

Ludo commence par 3 tours qu'il boucle en« 25'42"» et moi je fais mes 3 tours que je boucle en « 25'41" » mais on se rend compte que trois tours c'est long il y a déjà une heure de passer depuis le départ de la course on se met d'accord alors sur 2 tours chacun à chaque fois. 


J'ai le temps de repérer le parcours, de me familiariser avec les montées, les relances, les faux plats, pour adapter mon allure en fonction. On enchaîne 4 fois 2tours.  On reste plutôt régulier sans se rendre compte que l'allure est plutôt pas mal. 

 

Mon tour 1: « 16'28" », mon tour 216'15"», mon tour 317'32" » et enfin mon tour 4 : « 17'35" ». 
Il y a maintenant à peu près 3h de course, on est à mi-parcours quand on apprend par le speaker que "les potos trail" sont en tête. 


Moi qui avais choisi ce nom un peu à l'arrache, parti pour le plaisir, on va l'entendre pendant encore les 3 prochaines heures au micro du speaker.

Avec le pote Ludo on décide de tout donner pour viser le podium même si on sait que ça va être compliqué car on est que 2 dans l'équipe face à des équipes de 4. 
Il y a face à nous Fast Chicken, la Fabulous Team 2, la Team OCLO, a voir ils ont des coureurs plutôt pas mal, mais bon... qui ne tente rien, n'a rien... sur 4 équipes en lice, il y avait quand même 3 places sur le podium. 

 

 

Moi qui avais mis ce nom un peu à l'arrache, parti pour le plaisir, on va l'entendre pendant encore 3 heures au micro du speaker.

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

On a déjà 19 km dans les jambes avec à peu

près 385 m D+ si on se fie aux calculs de l'organisation. On décide alors de courir tour par tour en ayant pour objectif de tenir l'endurance avec une allure qui nous permettrait d'accéder au podium et de mener la vie dure aux autres équipes. Un excès de confiance, peut-être, mais à ce moment-là je pense que moi et le pote Ludo on le voyait pas comme ça, et on se dit :" pourquoi pas ?".

Pendant 2h on va tenir le crachoire aux équipes

adverses, prenant en plus de çà de l'avance sur la Team OCLO et les Fast Chicken. Seul le Fabulous team 2 nous talonne. À ce moment, je suis dans la zone, je ne vois pas passer le temps, ni les tours, on enchaîne avec le poto cette boucle inlassablement.

 

 

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

Après avoir enchaîné mes tours avec une certaine régularité : 8'29/9'00/8'51/8'42/8'51/ on remarque une légère baisse des temps de passage dû à la dure réalité de l'endurance. 


Malgré un ravitaillement constant et léger en sucre grâce au carambar (merci casquette verte ? ?) puis en salé avec des petits saucissons secs & une hydratation à chaque tour, je commence à sentir les mollets qui tiraillent après ces 4h52 de course...

À ce moment j'ai 30 km et 595m de D+ dans les jambes. C'est à ce moment que le coup de mou apparaît, ce qu'on appelle plus communément le "mur du marathon"  😵
Je pense que c'est à ce moment précis qu'on perd la 1er place, peut-être de ma faute mais là je passe du mode "flow" à un mode "survi" ou je me bats contre moi-même, je me fais violence et je cherche les ressources nécessaires pour continuer sur cette lancée.

Le poto enchaîne ses tours avec rage, afin de conserver ce podium. Je vois même un membre des "Fabulous Team 2" crapahuter devant moi à une bonne allure sans que je puisse le rattraper malgré l'élan que je me donne les jambes n'ont plus l'énergie.

 

 

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

Il reste 1h et je dois enchaîner encore quelques tours, on décide de tous faire pour conserver cette seconde place, mon poto a bien vu que j'étais dans le dur, et bien que lui aussi, ces temps sont exemplaires de régularité... Il le fera au mental et moi... trouver ce mental.


La lutte au coude à coude prend peu à peu de la distance en matière de seconde, le maître d'oeuvre de la "Fabulous team 2" est même étonné d'apprendre que l'on est que 2 dans le team. 2 gars qui tiennent en haleine les équipes de 4. C'est incroyable mais ont y tient à cette place.

Je fais mes tours péniblement en 10'23 puis 10'01 et enfin 11'05 avant d'avoir le loisir et la surprise de faire le dernier tour en 11'17, un vrai calvaire croyait moi. Heureusement que mes "connaissances" de la friterie étaient là pour discuter et me ravitailler en eau .

À la grande surprise de tout le monde on finit 2e de ces 6h de Wingles... La grande surprise de cette journée, et aussi ma grande fierté, une équipe de 2 coureurs a tenu tête à des équipes de 4, on a tenu l'allure pour distancer d'un tour les Fast Chicken et la Team OCLO puis mener pendant 5h face à ces équipes.

On reçoit alors une mention spécial "meilleur coureur"  et 2 paniers garnis au lieu d'un. Ça me fait bizarre et je pense au poto aussi à se retrouver sur le podium... Mais on en tire une immense satisfaction et une grande fierté.

 

Les 6h de wingles : La Fierté des Potos Trail

Pour une course que l'on découvrait, avec un nom d'équipe totalement improvisé, on a entendu parler de nous toute la journée.

On est venu sans ambition autre que de se faire plaisir, surtout moi qui reprenais les compétitions de Trail avec mon poto, partenaire de trail...


Je rentre de vacances ou j'ai travaillé les D+ en Corse et le résultat est là... Jamais marcher dans les montées, garder l'allure, doubler les coureurs, je n'ai été dans la zone, que pendant 2 heures, ce moment où tu es dans le flow et que tu vois pas le temps passer. 


J'expérimente une nouvelle fois ce "mur" qui fait mal et je pense devoir me mettre plus souvent dans le rouge pour que mon corps trouve plus rapidement une autre filière, et aussi travailler le mental.

 


Un grand bravo à mon poto qui lui, l'a fait au mental sur les derniers tours. Je pense qu'il nous a sauvé la 2e place (bon on avait 1 tour d'avance quand même). 

Pendant 2-3 jours j'ai ressenti une immense fierté qui s'est dissipé surtout à cause de mon tempérament ? Les bonnes vieilles habitudes qui reviennent, mais qui restent constructives comme ce rapport de course.

Petit recap de l'organisation

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article